Les 11 commandements du parfait supporter strasbourgeois

Allons enfants de la patrie, le jour de gloire est arrivé ! C’est ce soir qu’a lieu la demi-finale de la Coupe du Monde pour l’équipe de France contre nos amis de toujours mais ennemis d’un soir : la Belgique. Pas le droit de perdre, faut qu’on se fasse les Anglais en finale. Pour bien accompagner nos petits Bleus, voici les commandements du parfait supporter strasbourgeois.

Note du rédacteur : les 11 commandements ne sont pas une référence au navet de Michaël Youn, mais bel et bien une référence aux onze joueurs des Bleus sur la pelouse. Maintenant que ce possible quiproquo est évité, commençons.

Commandement numéro 1 : le nom des joueurs de ton équipe, tu connaîtras

Certes Jacques Chirac ne connaissait aucun des noms des joueurs de France 98. Mais lui était le Président de la République. Et aux dernières nouvelles, sauf si tu es le fameux Manu, tu n’es pas Président de tous les français. Donc si tu ne les connais pas, potasses vite les noms et prénoms avant le début de la rencontre. Pour ne pas confondre Pavard et Matuidi.

Petite astuce : N’apprends que le nom des titulaires. Tout le monde sera bien trop occupé par le match quand Didier Deschamps fera ses premiers changements pour qu’on te reproche quoi que ce soit.

Commandement numéro 2 : quand la Marseillaise retentira, la chanter plus fort que les autres tu devras

Eh oui, on a tendance à l’oublier, mais la Marseillaise n’a pas été inventée dans la ville de la bouillabaisse et du parachutage de Méluche, mais bel et bien à Strasbourg. Donc, tout naturellement, tu as le devoir de la chanter plus fort que les autres. Pas forcément plus juste hein, je te demande pas la lune. Mais quoiqu’il en soit, la bière, l’eau, le Schweppes agrume ou l’hydromel : peu importe le flacon, pourvu qu’il y ait la Marseillaise. Et hydrate bien tes cordes vocales, elles vont être mises à rude épreuve.

Petite astuce : Si tu sens que tu es parti trop vite et que ta voix va ressembler à celle d’un camionneur ayant fumé sa part de gauloises (ça a son charme) limite-toi à des phrases courtes et simples. Les insultes ne sont pas recommandées, mais reste efficaces.

Commandement numéro 3 : la rencontre à plusieurs tu suivras

Le foot, ça se fête à plusieurs. Va aux Deux Rives, avec la fan zone déployée pour la demi-finale, tu seras bien entouré. Va à Saint Nicolas aux Ondes, la ferveur va t’emporter. Ou alors va dans un bar, si tu arrives à réserver des places pour 20. Strasbourg regorge de spots pour profiter du match à plusieurs, tu n’as aucune excuse.

Petite astuce : Il se peut tout à fait que tu sois perdu par tout ce qui se passe pendant le match, ou que tu ne comprennes pas les réactions démesurées de tes voisins – l’un des deux sera sûrement moi. Il n’y a pas de honte à ça, calque-toi juste sur l’attitude générale.

La fan zone des Deux Rives. Crédit: @Edouard Bailhache

Commandement numéro 4 : contre ton équipe tu ne parieras pas

Cela peut paraître évident, mais je connais des gens qui ont parié contre l’Uruguay vendredi dernier. Ces gens-là n’ayant pas le sens des réalités, il ne faut pas les suivre. C’est la seule exception à la règle précédente. Et si tu te rends compte que tout le monde est pour la Belgique, tu es probablement entouré de Belges. Ou en Belgique.

Petite astuce : Si jamais tes amis te captent à parier contre la France, propose une tournée générale. Ça peut te coûter cher selon l’endroit où tu te trouves, mais l’amour et le respect de tes amis n’ont pas de prix.

Commandement numéro 5 : les couleurs de ton équipe tu porteras

Pas besoin d’avoir le maillot des Bleus pour soutenir la France. Ni d’avoir un coq empaillé sur la tête. Néanmoins, un maquillage léger bleu blanc rouge et des couleurs adaptées au niveau de l’habillement sont nécessaires. Tu peux aussi te ramener avec un maillot de Strasbourg. Parce que tu as du goût.

Petite astuce : Pour les plus extrêmes d’entre vous, vous pouvez tenter de vous draper dans un drapeau français, grande taille. Cela vous donnera un style supplémentaire.

Commandement numéro 6 : la coupe de Pogba pour soutenir ton équipe tu ne feras pas

Certes, il faut porter les couleurs de son équipe. Mais il y a une limite qu’il ne faut jamais franchir : se faire une des Pogcoupes de Paul Pogba. Ces coupes de cheveux sont réalisées par des professionnels. Elles ne sont donc pas à répéter chez vous, tout seul. Pour le bien de votre entourage, ainsi que votre santé mentale, si jamais vous décidez de vous faire une Pogcoupe, appelez un ami. Il viendra direct. Avec son rasoir.

Petite astuce : Si tu veux vraiment faire une folie capillaire, tu peux te teindre les cheveux en bleu blanc rouge.

Une multitute de Pogcoupes. Source : @Parismatch

Commandement numéro 7 : superstitieux tu seras

Les sportifs sont de grands superstitieux. Si tu ne me crois pas, vas jeter un coup d’œil sur les rituels de Rafael Nadal pendant ses matchs. Mange une choucroute, une flams, tout ce que peut manger un strasbourgeois bien dans son corps et dans sa tête. Si tu accompagnes cela d’une bière, ou d’un vin blanc si tu as envie de te la jouer, tu fais l’expérience strasbourgeoise à son paroxysme. N’oublie pas : c’est chez nous que la Marseillaise a été inventée. Donc tout ce que l’on fait pour les Bleus, on le fait mieux que les autres.

Petite astuce : Tu peux aller jusqu’aux sous-vêtements porte bonheur. Je ne parle pas d’expérience, mais j’ai un très bon ami qu’il le fait. Bref. Si ton entourage te prend pour un fou, pas de soucis. Après tout, un entourage, ça se retrouve.

Commandement numéro 8 : les poumons de N’golo Kanté tu vénéreras

Le petit bonhomme qui court partout et qui récupère les ballons, il est à nous : il s’appelle N’golo Kanté. Il est fort, il est beau, il sent bon le sable chaud des Docks d’été. Il sourit tout le temps. Il court tellement qu’un jour je crois l’avoir vu courir tellement vite qu’il a aspiré tout le vent du diable coincé dans la Cathédrale. Si, si, je t’assure. Bref, Kanté est ton joueur préféré. Et il le mérite.

Petite astuce : Si jamais tu ne me crois pas sur l’affaire du centre, regarde les Kanté facts. Source d’information très sérieuse. Tout ce qui est sur Internet est vrai, ne l’oublie jamais.

La couverture de terrain de Kanté contre l’Uruguay. Source : Nasa.

Commandement numéro 9 : ton équipe, avec mauvaise foi tu défendras

Ce commandement est sans doute la base du supportérisme. Fais comme quand tu dois te comparer à tes voisins lorrains ou, pire, haut-rhinois. Mets-toi dans la tête que toutes les décisions arbitrales contre la France sont mauvaises. Crie « Pénalty » à chaque simulation dans la surface. Sois de mauvaise foi, partout, tout le temps… pour le bien de l’équipe de France. L’accent alsacien est fortement recommandé.

Petite astuce : Va parler à quelqu’un que tu sais de mauvaise foi dans ton entourage avant le match, et reproche-lui quelque chose. Copie ensuite toutes les attitudes. Paf ! Le tour est joué. Si jamais tu n’as personne de ton entourage qui est de mauvaise foi, ne t’en fais pas, tu t’en sortiras tout seul.

Commandement numéro 10 : la célébration Fortnite de Griezmann tu ne reproduiras pas

Certes, le commandement précédent fait l’apologie de la mauvaise foi ; néanmoins, comme ta tolérance, la mauvaise foi a des limites. Donc tu ne défendras pas la nouvelle célébration du héros de l’Euro 2016, notre petit Grizou. Parce que déjà qu’on entend parler de Fortnite tous les jours… Et avant que tu demandes : oui, tu ne la répèteras pas, même s’il marque le but décisif. Célèbre comme une personne normale.

Petite astuce : Si jamais tu n’as jamais entendu parler de Fortnite, dis juste que la célébration est ridicule. Mais soit content du but marqué. Oui, parfois, le foot c’est faire des compromis.

Franchement les gars… Crédit: @Maxppp

Commandement numéro 11 : ”I will survive” sur le bout des doigts tu connaîtras

Tu n’as peut-être pas connu l’époque de France 98, mais je suis à quarante-douze pourcents sûr que tu en as déjà entendu parler. Tu connais donc naturellement l’histoire de la réinterprétation du tube de Gloria Gaynor, « I will survive », qui est devenu l’hymne de la victoire de la génération 98. Apprends donc les paroles, pour que la victoire se fête dans la liesse et les fausses notes collectives.

Petite astuce : Si jamais tu décides de ne pas connaître les paroles, suis juste les « la, lala, la, la, lalalalalala ». C’est malin, je me le suis mis tout seul dans la tête.

Allez les Bleus pour ce soir ! Pour que l’on fête cela tous ensemble, près de la Cathédrale. Pour que Strasbourg, et la France, vibre à nouveau, sur le rythme du ballon rond !