À partir du 1er janvier 2020, la loi de transition énergétique pour la croissance verte prévoit que la vente des assiettes, gobelets et verres jetables non-compostables en matière plastique soit interdite. Concernant les pailles en plastique, si aucune loi n’est pour l’instant envisagée, il semble pourtant que sa fin soit proche.

C’est notamment le cas au lycée Kléber de Strasbourg, où 8 élèves de seconde – et leur professeur d’économie – ont décidé de participer au concours Entreprendre Pour Apprendre, avec comme projet de créer une mini-entreprise en équipe. Leur projet est centré sur la création d’une alternative aux pailles en plastique, par la fabrication de pailles biodégradables et compostables en amidon de maïs.

Soutenu notamment par Zéro Déchet et Bas les pailles, PopStraw propose aujourd’hui un produit qui se dégrade dans la nature en 9 mois maximum. Et c’est bien la seule différence avec des pailles en plastique, qui prennent en moyenne 450 ans avant de disparaître. Mais l’initiative du zéro plastique commence également à prendre racine dans les industries, et même dans certains fast-foods, où 8,8 millions de pailles sont jetées chaque jour en France. Aux Etats-Unis le problème est bien plus grand, on évalue à plus de 500 millions le nombre de pailles qui arrivent chaque jour dans les poubelles des chaînes de restauration. Depuis, les firmes McDonald’s et Starbucks se sont engagées à réduire considérablement l’utilisation de la paille d’ici 2020.

Crédit photo : POPSTRAW

La force de cette jeune entreprise réside également dans le fait quelle propose à la vente des sachets de 20 pailles vertes à seulement 2 euros, qu’ils peuvent même faire livrer. Concernant l’emballage, lui aussi est écologique grâce à des encres végétales. À noter également que 10% des profits sont directement reversés à The Sea Cleaners, dans le but de financer un bateau qui collecte les plastiques dans les océans. Bref, ces 8 jeunes du Lycée Kléber méritent toute notre attention, et pour ne rien rater, il suffit d’aller ici pour aimer leur page Facebook. 

Si vous avez besoin de le voir pour y croire : 

Plus d'articles