Jusqu’à ce dimanche inclus, le pôle de photographie trentenaire Stimultania héberge l’exposition European Puzzle de l’artiste-auteur Jean-Christophe Béchet, qui a arpenté le vieux continent ces trente dernières années, capturant les espoirs et les déceptions de la génération Europe. Extraits  de cette proposition culturelle idéale pour tout nouvel arrivant qui voudrait appréhender l’Europe depuis sa capitale — oui, mais sans prise de tête !

« Aux moments d’actualité, j’ai préféré le temps long. » À elle seule, cette phrase de Jean-Christophe Béchet suffit à expliquer le choix de carrière de ce natif marseillais de 54 ans qui, passés trois années d’études en économie dans le but d’intégrer une école de journalisme, a finalement préféré filer à Arles pour apprendre la photographie. Héritier de la photographie de rue qu’elle soit américaine, française ou encore japonaise, Jean-Christophe Béchet a préféré, aux sirènes de l’actualité, la temporalité plus posée — et plus honnête ? — d’un travail documentaire subjectif et assumé comme tel, associant reportage et paysage, portrait et architecture. De cet ensemble au long court ressort, depuis 2002, une vingtaine de livres publiés, un exemple de plus s’il en fallait un de sa préférence pour l’objet durable plutôt que l’illustration éphémère qui caractérise aujourd’hui la photographie de presse.

Jean-Christophe Béchet au centre de photographie strasbourgeois Stimultania par Claude Truong Ngoc (04/18)

Parmi ces ouvrages, European Puzzle, un livre publié en 2016 qui compile près de vingt-cinq ans de voyages à travers le vieux continent. « Mon intérêt pour l’Europe est né en 1991, à Moscou. J’assiste au coup d’état qui renverse Mikhaïl Gorbatchev et qui signe la fin de l’URSS. Je sais alors que notre vieux continent entre dans une nouvelle ère. Au fil de mes voyages, je décide d’en tenir la chronique visuelle. » Au fil des années, Jean-Christophe Béchet, qui appartient à une génération europtimiste qui a voulu croire à « la fin des frontières et à l’abandon des nationalismes », voit ressurgir à travers son objectif « les cicatrices d’un passé politique mal résolu » dans un espace européen finalement incertain « où toutes nos contradictions contemporaines se cristallisent ».

C’est donc un regard mélancolique sur l’Europe et ses aspirations passées qui s’offre aux spectateurs de Stimultania à Strasbourg, capitale européenne, à travers une sélection de soixante-et-onze images (la plus grande exposition du photographe à ce jour !) réalisée par Céline Duval, la directrice du pôle de photographie. Noir et blanc ou couleur, argentique ou numérique, moyen-format ou 24×36 : les images de Jean-Christophe Béchet s’avèrent aussi variées que ses choix techniques, passant de la photographie sociale à la cinématique italien en un clin d’oeil, et d’une époque à une autre sans qu’on puisse vraiment les distinguer. L’occasion de s’interroger sur ce qui fait l’Europe aujourd’hui, et de mieux appréhender ce concept pour les européens d’aujourd’hui.

En-dessous de chaque photographie, une lorgnette amovible révèle le lieu et la date de capture.

European Puzzle, une exposition de Jean-Christophe Béchet
@ Stimultania, 33 rue Kageneck
Jusqu’à dimanche 26 août inclus, du mercredi au dimanche de 14:00 à 18:30
Entrée libre

Pour plus d’informations, c’est par ici.


Plus d'articles