Baptiste a trente-cinq ans et l’air d’en avoir dix de moins. Il est discret et il a dans les yeux des reflets rêveurs et malicieux. Derrière cet adulte aux allures de grand enfant se cache un talentueux illustrateur, qui dévoile sur le papier son imaginaire fantasmagorique.

Baptiste dessine depuis tout petit, sauf qu’à la différence de ceux qui s’en lassent en grandissant, lui n’a jamais rangé ses crayons. C’est son père, passionné de peinture, qui lui a appris les couleurs et la perspective, tout en lui montrant ses erreurs. Il s’est ainsi dirigé vers des études artistiques. Il entre à l’université d’arts visuels de Strasbourg, puis passe une année de formation au concours du CAPES d’arts plastiques pour finalement entrer à l’école MJM Graphic Design afin de mieux maîtriser les outils informatiques.

Il a ensuite travaillé quelques années en tant que surveillant tout en créant sa propre BD. Mais après de nombreuses difficultés, il a fini par lâcher le projet et décidé de se lancer en tant qu’illustrateur à temps plein.

Depuis maintenant trois ans et demi, Baptiste vit de sa passion, même si ce n’est pas toujours simple. Il dessine des illustrations pour des jeux de société, pour de la publicité, répond à des commandes de BD ou de dessins pour particuliers. A l’heure actuelle, il travaille plus particulièrement sur du concept art pour un jeu vidéo en développement. Il s’occupe de créer le décor, les personnages et le graphisme du jeu.

Baptiste participe également à la création d’un dessin animé « la Forêt-monde ». Ce projet raconte l’histoire d’une famille projetée malgré elle dans un monde parallèle, la Forêt-Monde où vivent les faunes. Cependant, ce n’est peut être pas qu’un hasard si ils y ont été envoyé..
Le dossier a été déposé au Centre National de Cinématographie afin d’obtenir une aide financière à la réalisation du projet. La réponse leur sera donnée sous peu.

Les illustrations de Baptiste sont variées, certaines d’entre elles sont douces et pleines de poésie, tandis que d’autres explorent un univers fantastique plus inquiétant. Ce que l’on pourrait alors interpréter comme les parts lumineuses ou plus sombres de notre esprit.

« Il y a des sujets et des éléments qui m’intéressent et qui sont assez récurrents dans mon travail comme l’eau, l’air, l’apesanteur. Cela créé une certaine rêverie, un univers plus fantastique, irréaliste. Le mystique, les personnages fantastiques, les allégories, des dieux inconnus sont aussi très présents dans mon travail. Je pense pourtant être quelqu’un d’assez terre à terre dans ma vie. Je ne crois pas au divin, à l’irrationnel ou au destin mais j’aime les intégrer dans mes illustrations. Tous ces sujets affirment une volonté de s’arracher du concret, du matériel et de se laisser aller à la rêverie, à la contemplation et à une certaine légèreté, parfois même naïve. »

J’ai pour ma part eu un réel coup de cœur sur l’aspect rêveur et rassurant de ses dessins poétiques comme en apesanteur, tandis que d’autres seront attirés par ses illustrations aux créatures étranges mi-animales, mi-humaines. Peu importe les préférences de chacun, il n’en réside pas moins la certitude que Baptiste a de la magie au bout des doigts.

>> Découvrir l’univers de Baptiste <<

>> EMMA SCHNEIDER <<


Plus d'articles