LIVE TODAY, LOVE TOMORROW, UNITE FOREVER.

Il était une fois un univers magique et féerique crée par deux frères plein d’imagination et d’espoir, appelé Planaxis. Durant les deux derniers week ends de juillet, ces grands idéalistes ont ouvert les portes de leur royaume coupé du reste du monde à 400 000 privilégiés venus de la planète entière, nous faisant pénétrer dans un univers aux reflets de nos plus beaux rêves, où toutes les nationalités vivent en communauté et en harmonie. Un endroit où les hommes font partie d’une même unité quelque soit leur origine, où on nous apprend que la puissance de la musique est universelle.

Tout a commencé par un colis reçu à la maison, une boîte à bijou bleu océan, dans laquelle se trouvait un collier orné d’un hippocampe et un bracelet en cuir. Ce dernier offrant les accès au pays imaginaire et servant de moyen de paiement. En effet, c’est sur le bracelet qu’est déposé au préalable l’argent transformé ainsi en perles (monnaie locale). Un simple scan permettant de tout acheter sur le festival.

Une fois arrivés à Boom, en Belgique, c’est un immense arc-en-ciel qui nous accueille avec le bienveillant message «  Welcome Home ». Et c’est vrai que tout y est fait pour qu’on s’y sente comme chez soi.

Dreamville : tel est le nom de l’immense partie hébergement que réserve Tomorrowland. Nous avons opté pour le camping avec notre propre matériel, mais il est également possible de choisir l’option où une tente, avec matelas, oreiller et all confort, t’ont été mis en place au préalable. Pour les fragiles du camping, Tomorrowland possédè aussi tout un secteur bungalows. Et pour les plus blindés, il est possible de louer les villas avec piscine. (l’année prochaine on se chauffe).

Dans le camping qui fait la taille d’une ville, sont répartis de superbes installations qui nous plongent immédiatement dans l’univers aquatique et fabuleux de Planaxis.

La musique électronique résonne déjà, Tomorrowland possède sa propre radio. Après avoir marché une vingtaine de minutes sur les grosses allées en planches qui sillonnent le camping, nous trouvons un emplacement. Des douches tulipes extérieures sont disposées un peu partout : il est ainsi possible de se laver en communauté. Mais pour deux perles, les cabines de douches individuelles sont accessibles, avec espace prises et miroirs.

Un immense espace chill-out possède des courts de tennis, terrain de volley, hamacs et gros fauteuils mis à disposition, des foodtrucks et bars sont répartis ici et là. De l’électro posée passe sur les ondes. Un peu plus loin, le centre ville du camping, déploie ses énormes fontaines style « Belle et la Bête », une salle de sport à ciel ouvert, une laundry, un salon de coiffure et un studio de maquillage pro pour permettre à la communauté d’aller au festival dans le style « êtres de l’eau » de Planaxis.

Une vingtaine de maisonnettes accolées les unes aux autres proposent de la cuisine pour tous les goûts ( Healthy food, cuisine asiatique, burgers, italien, pâtes…). On trouve également un bar à chicha, une boutique Tomorrowland (le festival posséde sa propre marque), un supermarché, un magasin de ballons, une bijouterie, une boulangerie, un tatoueur…

Le jeudi soir c’est sur la scène du camping qu’ont eu lieu les premiers sets. Le festival n’a quant à lui ouvert que le lendemain. Nous nous réveillons le vendredi matin, un peu secoués par la première soirée complétement folle. Cette introduction au vrai festival nous a déjà émerveillés, nous sommes surexcités de pouvoir enfin aller sur le site du festival.

Petit café et jus d’orange cherchés au stand d’à côté, le facteur nous dépose notre journal Tomorrowland du matin (le festival à sa propre presse) dans lequel nous pouvons lire des interviews et regarder le programme de la journée. Tomorrowland a également sa propre appli portable évidemment, qui nous envoie de petits messages pour nous rappeler quand nos Djs favoris passent, ou pour nous conseiller de nous mettre de la crème solaire et de nous hydrater (il fait 38 p**** de degrés).

Pour atteindre le site du festival, on traverse le camping par un large chemin de bois, les organisateurs proposent des vélos pour les plus pressés. Il ne suffit qu’à le prendre à l’entrée du chemin et à le déposer une fois arrivé à l’entrée du festival. Il y a même des monocycles.

Une fois sur le site, le réel émerveillement commence. 16 scènes plus incroyables les unes que les autres sont installées, sur un domaine de plusieurs hectares parsemé de petits étangs, que l’on traverse en ne cessant de regarder autour de soi tant les organisateurs du festival ont tout mis en œuvre pour nous faire rêver.

Il y a « Organ of harmony » , une scène en forme d’orgue géant d’où sortent d’immenses jets d’eau et «  Core » notre scène coup de cœur, accessible par des passerelles en hauteur qui nous séparent du reste du festival et nous emmènent droit dans une forêt enchanteresse, où l’on danse entre les arbres, avec des lumières accrochées dans les branches. Il y a aussi Youphoria, entourée de champignons géants, une scène dans la gueule d’un dragon, dont le corps traverse tout un étang, mais aussi Garden of Madness, Amicorum et j’en passe.

Environ 350 Djs internationaux viennent se produire durant ces trois jours de folie dure, où l’on perd pied avec la réalité. Armin Von Buren a mis le feu à la Main Stage, cette scène principale, ornée d’immenses écrans aquatiques, d’un hippocampe central, et entourée telle une arène de pentes noires de monde, au point de m’en laisser sans voix. Boris Brejna, Fatboy Slim, Ofenbach, Kungs, Martin Garrix, Nora em Puur, Jennifer Cardini, The Magician, The Bloody Beetroots, et tant d’autres ont offert à la communauté de Planaxis des sets plus exceptionnels les uns que les autres chaque jour de 12h à 01h.

Le site décoré tel le monde d’Alice au pays des merveilles, avec ses spectacles impromptus, sa grande roue, et ses décors grandioses, ainsi que les messages annoncés en fin de sets lors d’une représentation bouleversante de harpe, tandis que des méduses géantes flottaient au dessus du public, et que des jets d’eau, des flammes et des feux d’artifices envahissaient le ciel, ont fini de nous conquérir :

« Dear People of Tomorrow,
Un nouveau chapitre a été exploré aujourd’hui
Vous avez été recueillis à travers le monde pour créer une seule et nouvelle conscience
Planaxis vous aide à réaliser à quel point la vie est belle et fragile
Elle est le plus magnifique cadeau que vous puissiez faire à vos enfants,
Mais maintenant notre expédition arrive à sa fin, nos chemins vont se séparer et c’est à chacun de raconter autour de soi ce qu’il a vu ici. De retour dans la vraie vie, n’oubliez pas de continuer à partager l’amour, le respect et l’unité tels qu’ils étaient présents ici.
Protéger les océans, l’environnement, nous sommes tous les même au travers des yeux de Mére Nature. Vivez aujourd’hui, aimez demain, unis pour toujours. »

Il y a une lumière en chacun d’entre nous et elle a brillé comme jamais auparavant tout au long de ces quelques jours. Planaxis nous a rappelé qu’il faut vivre une vie dont nous nous souviendrons. Profiter du jour présent, dans le respect, la paix et l’acceptation des autres afin que demain soit meilleur. Les ondes sonores ont voyagé de manière sublime au-dessus des eaux et nous ont unis du plus profond de l’océan aux confins du monde. Peu importe où les courants de Planaxis puissent vous conduire, que le sentiment d’émerveillement et de magie reste profond.

Merci Tomorrowland de nous avoir offert tant de beauté.

>> EMMA SCHNEIDER <<

Plus d'articles