Du vendredi 10 au dimanche 12 août, le Festival des Arts de la Rue de Strasbourg (FARSe) se déploiera dans l’hypercentre de la ville, donnant pignon sur rue à une vingtaine de compagnies pour surprendre, divertir, interroger les habitants et les chalands dans un ensemble à la fois artistique et populaire.

Souviens-toi l’été dernier. Place de la Cathédrale, d’étranges humanoïdes étaient exposés dans une cage. Entre corps d’homme et cris de singe, la performance de la compagnie drômoise Kumulus faisait écho aux phénomènes de foire, et interrogeait les passants sur leur façon de percevoir la différence. Place Jean Arp, c’est le théâtre d’objets La licorne qui proposait un nouvel éclairage sur l’oeuvre Spartacus dans un décor dépouillé et avec une emphase mise sur la physicalité, poussant notre ressenti à compléter. Plus loin, Place d’Austerlitz, les Lézards bleus dansaient sur les façades, en suspension, s’invitant dans l’intimité des habitants contre une acrobatie doublée d’une offrande, un coeur, un sourire.

Tout cela, c’est le FARSe, le Festival des arts de la rue de Strasbourg. À la fois divertissant et subversif, poétique et militant, l’événement organisé par la Ville invite les arts de la rue au coeur de la cité. Pour cette quatrième édition, ce sont plus de vingt compagnies aussi bien françaises qu’étrangères qui sont attendues sur les plus grandes places de Strasbourg avec des performances de théâtre, de danse, de cirque ou encore de musique. L’occasion de redécouvrir la ville, son espace et son bâti sous un nouvel angle, tantôt amusant, tantôt angoissant, mais toujours fantastique. Nouveauté cette année, un parcours a été pensé pour les petits, plus sensibles, et leurs familles.

Vous n’avez plus d’excuse pour ne pas venir rêver (pas même la canicule puisque comme l’an dernier, la cour du FARSe squatte le carré vert de l’école Pasteur).


Retrouvez tout le programme du FARSe 2018 ici.

Plus d'articles