Il est fasciné par les baleines, elle est passionnée par le yoga et ensemble, ils ont créé Baloga. Avec cette agence de voyage, Julien et Florine combinent leurs deux amours en proposant des retraites qui associent observation d’orques et pratique du vinyasa. Baleine et yoga : Baloga. Rencontre avec ce couple de strasbourgeois aussi aventureux que responsables.

  • Une passion commune pour la vie aquatique

D’aussi loin qu’il s’en souvienne, Julien, 34 ans, a toujours été fasciné par les mammifères marins : « Je ne sais pas trop d’où ça me vient, d’autant qu’en Alsace on n’est pas tout près de l’océan… J’imagine qu’il y a un truc générationnel : on est la génération Sauvez Willy et Capitaine Cousteau. » Cette passion, peu banale pour un alsacien, est néanmoins partagée par beaucoup d’enfants… Qui s’en détachent généralement à l’adolescence ; Julien, lui, est resté accroché : « C’est une passion que j’assume depuis peu… C’était un peu secret quand j’étais adolescent, je pensais qu’on allait se moquer de moi. C’est en Nouvelle-Zélande que j’ai réalisé l’ampleur de ma passion et que je l’ai accepté. »

En 2012 en effet, Julien commence à voyager en fonction des baleines avec Florine, sa femme depuis aujourd’hui un an. Comédienne et danseuse, Florine est moins emballée par les baleines que par la nature en général, à laquelle elle essaie de se connecter davantage à travers une pratique poussée du yoga depuis 2008 : « Mon intérêt pour les océans tient je pense de l’imaginaire… Je suis de nature très créative, et je n’ai pas vraiment arrêté d’être l’enfant qui se demande ce qui se passe au fond des océans ! [rires] » Un Julien et plusieurs bouquins plus tard (elle cite notamment Whale Nation de Heathcote Williams, une critique  acerbe de l’industrie baleinière), la passion de Florine pour la nature et donc les océans est d’autant plus forte qu’elle s’est accompagnée d’une conscience militante : « Baloga, ce n’est pas qu’un voyage. On essaie aussi de sensibiliser au plastique dans l’océan et à la pollution sonore qui fait fuir les animaux de leur milieu par exemple. »

  • Un voyage en Nouvelle-Zélande motivé par les orques

Baloga, contraction des mots baleine et yoga, c’est l’agence de voyage qu’ont fondé Julien et Florine au mois d’avril de cette année, un projet né de leurs voyages ensemble, motivés par la présence de baleines et notamment d’orques à proximité. En 2012, les intermittents (Julien est directeur artistique dans l’audiovisuel) filent ainsi un an en Nouvelle-Zélande, grâce à des petites économies mais surtout à un visa vacances-travail… Julien raconte une année idyllique : « On vivait au bord de l’eau quasiment toute l’année, et on était en mer presque tous les jours… Quand on voyage un mois dans un autre pays, on accumule déjà beaucoup d’expériences, alors un an c’est juste fou ! » Côté mammifères marins, le duo est comblé : les orques sont présents en masse et les scientifiques qui travaillent sur ces êtres sont peu nombreux et très accessibles. Florine révèle finalement la seule ombre au tableau paradisiaque : « Il est quasiment impossible d’y décrocher un travail qualifié quand on n’est pas néo-zélandais, c’est plus ça que l’envie de rentrer qui nous a ramené à Strasbourg. » Et Julien de rajouter : « On voulait aussi rentrer en contact avec la communauté maoris, mais c’était, et c’est encore, très fermé. »

  • Un projet né en trois saisons dans les fjords canadiens 

« Et puis, il y a eu un point de bascule. » En 2015 le couple repart à la rencontre des orques, cette fois pour une saison au large de Vancouver, dans les fjords canadiens. « En faisant du stop, Julien a rencontré un couple qui créait un pôle d’observation de baleines. » Ni une, ni deux, Julien et Florine se mettent au service du couple, et participent activement à la création du camp. « On jouait aux Robinson, on taillait des passages dans la forêt : c’était excitant. » L’année suivante le duo revient, cette fois pour participer à la vie du camp qui reçoit ses premiers guests ; peu à peu, Julien et Florine se prennent au jeu des encadrants et les gérants, impressionnés par leur enthousiasme, leur conseillent de devenir guides, en qualité de quoi ils reviennent travailler pour une troisième saison…

Mais le temps passe, et Julien et Florine commencent à avoir des envies, comme l’explique cette dernière : « Les guests allaient et venaient, il y avait un roulement très important ; on avait envie d’un rythme plus posé ! Et puis le yoga prenait beaucoup de place dans ma vie, mais les gérants ne souhaitaient pas spécialement intégrer cette pratique à leur offre, et je peux le comprendre. » Un temps, les gérants évoquent la possibilité de créer un autre camp dont ils confieraient la gestion au jeune couple. Le projet ne se réalisera pas « mais c’était trop tard : on avait cette graine en nous. »

  • Observation de baleines, cours de yoga et bons petits plats

Une graine qui a fleuri pour donner le projet Baloga, une agence de voyage qui organise des retraites au Canada et en Nouvelle-Zélande, combinant observation de cétacés, cours de yoga… Et bons petits plats, grâce à la participation d’Adélie, cheffe strasbourgeoise et amie du couple, qu’ils définissent comme une âme voyageuse et une présence rayonnante. « Ce n’est pas très diplomatique mais bon… Voilà, on mange assez mal au Canada. La nourriture y est très grasse du coup on s’empâte et on s’immobilise. » Pas l’idéal entre un cours de yoga et une séance de randonnée !

Créée au mois d’avril, l’agence propose deux fois deux séjours d’une semaine, en août au Canada et en janvier en Nouvelle-Zélande ! Au Canada, le couple a débusqué un ensemble de petits chalets le long de la côte, et le loue à un propriétaire qui avait pris lui aussi Julien en stop lors d’un de ses voyages. « Du coup, je n’étais pas qu’un étranger qui lui demandait de louer l’intégralité de son camp pour une retraite obscure depuis le bout du monde… » En Nouvelle-Zélande c’est une villa plus cossue qui a été retenue, pour un voyage une gamme au-dessus avec les tarifs qui vont avec. Encore que : « La semaine coûte 900 à 2400€, c’est une grosse somme dans l’absolu mais un petit budget pour un voyage clé-en-main unique. Hébergement, repas, cours de yoga, circuits de randonnée et sorties en mer : tout cela est inclus dans le prix. » Même une rencontre avec les ‘Namgis, la première nation installée sur l’île voisine de celle où se trouve le camp canadien, avec laquelle Julien a réussi à établir le contact alors qu’elle est réputée très protectrice.

Julien et Florine savent bien que leur service n’est pas à la portée de toutes les bourses, et notamment des plus petits budgets étudiants. Aussi, ils invitent tous les strasbourgeois qui partagent les valeurs qui les motivent à participer aux cours de yoga que Florine donne au Parc du Heyritz. Tous les mardis à 19:30 et les mercredis à 18:30, l’instructrice assermentée à Bali donne des cours dont le prix est libre, l’occasion de se nourrir des bonnes vibes qu’elle ramène de ses périples ! Mais d’ailleurs, pourquoi Julien et Florine continuent-ils de rentrer à Strasbourg, s’ils aiment tant l’océan ? « On deviendrait gros au Canada ! [rires] Non, on est juste très attachés au vieux continent, à son histoire et ses architectures… Entre ici et là-bas, on a le meilleur des deux mondes. »


Baloga, observation de baleines et cours de yoga
baloga.fr
facebook.com/balogayoga

Plus d'articles