J’ai tant de choses à dire que j’en perds mes mots. Qui aurait cru que moi, d’habitude si bavarde, puisse ressortir de ces deux jours, totalement muette. Muette d’émotion. Ce doit être ça, avoir le souffle coupé. Le Parc de Sainte-Croix est pourtant si proche, mais j’ai l’impression d’avoir changé de monde. Car ce parc n’est ni un zoo, ni une exposition d’animaux. Non, cet endroit est un immense territoire sauvage de 120 hectares.

Dors avec les loups

En 1980, un agriculteur, Gérald Singer avait le rêve un peu fou de faire partager au plus grand nombre son amour de la nature en convertissant ses terres agricoles en un parc animalier. A cette époque où l’écologie n’était pas la priorité, il s’est accroché à son rêve, a suivi son instinct et a ainsi lancé le parc animalier de Sainte-Croix… (plus d’infos sur cet endroit immanquable un peu plus bas dans l’article, un peu de patience ;))

Pour te faire patienter, une photo de loup // Crédit Photo : Grégory Massat

Depuis quelques années, des lodges ont été installés pour permettre aux visiteurs qui le désirent de rester dormir dans ce parc animalier pas comme les autres. Il est en effet, bien difficile de quitter cet endroit qui nous coupe du reste du monde, qui nous offre une sorte de sérénité et de paix immense.

Plusieurs hébergements sont proposés, avec pour thématique la possibilité de dormir soit avec les loups, soit avec vue sur la plaine des cerfs, ou encore dans des cabanes installées dans les arbres auprès des pandas roux, lémuriens et meutes de loups. J’ai eu la chance de dormir auprès d’une meute de loups noirs, dans un lodge alliant éléments naturels et accueil haut-de-gamme.

Crédit Photo : Grégory Massat

Crédit Photo : Grégory Massat

Je ne pourrais jamais oublier cette expérience incroyable.

A 18 heures le parc ferme : on se retrouve seuls dans cette atmosphère paisible, l’air pur, la lumière aux reflets cuivrés bien spécifique aux derniers instants du soleil avant son coucher. Qui n’a jamais rêvé de rester enfermé dans un parc, de l’avoir pour lui tout seul ? Les adorables personnes qui nous ont accueillis, nous ont laissé une lampe portative pour pouvoir nous déplacer de notre logement au restaurant où nous dînons le soir. Nous étions comme des gosses en expédition dans le territoire des animaux sauvages. Ce n’est pas chez nous, c’est chez eux. Nous cohabitons.

Quelle sensation extraordinaire de se déplacer sur les sentiers dans le noir au son des bruissements, et du cri des animaux ! Nous sommes pour une nuit dans le Yellowstone Lodge, un hébergement tout en bois, aux aspects scandinaves. Il est magnifique, des baies vitrées donnent sur la forêt où évolue la meute de loups noirs. Nous pouvons les voir de notre chambre, du salon, mais aussi du jacuzzi installé sur la terrasse.

Crédit Photo : Grégory Massat

Le Yellowstone est un logement haut-de-gamme, mais en respect avec l’environnement. Mis à part le jacuzzi qui est un petit écart, tous les matériaux sont naturels. Une grande partie des lodges proposés possèdent des toilettes sèches, des toits végétalisés… Le parc respecte une charte environnementale et écologique. Politique zéro déchets. Sainte-Croix s’engage chaque année auprès de plusieurs associations pour la protection des espèces et des milieux menacés. Le Parc suit et présente en son sein, 10 espèces classées en EEP (programme européen d’élevage) et six autres espèces sont suivies dans le cadre des studbooks européens.

J’entends encore l’appel des loups, alors que je m’apprêtais à aller me coucher. Ce moment si touchant, qui laisse des frissons. La nature qui reprend ses droits. Le réveil avec le lever du soleil par la baie vitrée située en face de mon lit et donnant directement sur la meute. Observer, apprendre tout en respectant, c’est enrichissant au possible.

TROP DE LOOOOOVE // Crédit Photo : Grégory Massat

Que ce soit pour une visite en journée, pour un week-end ou pour une semaine, quelle plus belle manière que d’apprendre, de découvrir, et de s’émerveiller dans un endroit magique à deux pas de Strasbourg.

Sainte Croix : un parc animalier pas comme les autres

Au commencement, Gérald Singer, le créateur de Sainte-Croix, a choisi de présenter l’animal sauvage européen afin de sensibiliser les visiteurs à la faune qui nous entoure. Comme l’a dit très justement un animateur du parc « Nous serions tous capable de représenter une girafe mais qui pourrait décrire exactement les caractéristiques d’un mouflon corse ? ». Le rôle de ce parc est pédagogique : il propose à ses visiteurs d’apprendre à connaître la faune qui l’entoure, de s’y intéresser pour mieux la protéger.

Crédit Photo : Grégory Massat

Le Parc de Sainte-Croix ce sont des étendues de plaine, de forêt, d’étangs, à perte de vue. Sur ces territoires évoluent des animaux de la faune européenne : daims, cerfs, biches, ours bruns, plusieurs meutes de loups, lynx, renards, bisons, chevaux, animaux de la ferme, une immense diversité d’oiseaux, et le nouvel arrivant de l’année : l’élan. Au total plus de 120 espèces sont représentées dans ce milieu naturel protégé.

La biodiversité mondiale étant dangereusement menacée, le Parc a ouvert plus tard une partie de son domaine à quelques animaux plus exotiques (pandas roux, lémuriens, gibbons…) qui ont le triste point commun d’être des espèces en péril. Ce sentier de biodiversité appelé « le voyage de Néo », recrée tout un parcours pédagogique et ludique afin d’apprendre aux enfants dès le plus jeune âge à quel point il est primordial de respecter les habitants des lieux. Si la biodiversité s’effondre, si nous n’apprenons pas à vivre en respect avec la nature et la faune, nous disparaîtront nous aussi.

Crédit Photo : Grégory Massat

Le Domaine regorge de soigneurs et d’animateurs plus passionnés les uns que les autres. Chaque jour, des présentations de différentes espèces sont proposées à diverses heures de la journée, il est ainsi possible pour les enfants comme pour les adultes, d’en apprendre plus sur le mode de vie et le comportement des animaux. Depuis cette année, il est également possible de partir pendant une heure en immersion dans les territoires sauvages avec l’expédition Safari-train. Parce qu’apprendre à connaître, c’est un premier pas vers le respect.

Crédit Photo : Grégory Massat

Visiter la réserve de Sainte-Croix, c’est se promener sur de petits sentiers de forêt, traverser le domaine des étangs, se balader sur l’île des lémuriens. C’est rester de longues minutes à ne plus penser à rien qu’à cette magnifique lumière dorée qui tombe sur la harde de cerfs et de biches paissant dans cette immense plaine. C’est s’émerveiller devant ces bébés rennes tout juste nés, devant ce loup si majestueux, ou à la vue d’un renard roux. C’est rire lorsque les chèvres naines s’élancent en troupeau vers le soigneur qui vient les nourrir, telle une bande de groupies déchaînées. C’est être curieux, patienter, prendre le temps de regarder, laisser les animaux venir à soi. Car ici, ils possèdent de vastes territoires.

Crédit Photo : Grégory Massat

On vient au Parc sans avoir la certitude de voir tous les animaux. Ils ne sont pas gardés dans des cages de quelques m2. Ce sont eux qui décident de se laisser voir ou pas, ce sont eux qui viennent à notre rencontre. Et n’est-ce-pas mille fois plus enrichissant, d’apprendre la patience, et de saisir un instant unique, mais compromis, que de voir un animal malheureux en cage ? A Sainte-Croix, le bien-être des animaux est la priorité.

Pour conclure…

38 ans après la création du parc, je ne peux que dire bravo, à Gérald Singer et à ses fils qui ont repris les rênes depuis. Ils font vraisemblablement partie de ces passionnées, curieux et amoureux de la nature, et je crois de manière inconditionnelle que toute chose qui part de bonnes intentions, qui naît d’une passion et de valeurs justes telles que les leurs, ne peut que réussir. Au vu du nombre de visiteurs qui ne cesse d’augmenter, il semblerait que de plus en plus de personnes se sentent concernées par la sauvegarde de notre planète, c’est donc un pari réussi.

Et une bonne nouvelle n’arrivant pas seule, le Parc vient tout juste d’annoncer la naissance d’adorables jumeaux élans, de bébés ratons laveurs et de quatre petits louveteaux arctiques.

Crédit Photo : Morgane Bricard

Bref, après deux jours, je suis ressortie de ce parc avec la sensation que les mots ne seraient jamais suffisants pour refléter ce que l’on peut ressentir. Cette plénitude, la déconnexion, l’impression que tout est là, la base de tout, l’essentiel, notre essence… Tout se trouve dans la nature.


PARC ANIMALIER SAINTE-CROIX

> Site web <

> Page Facebook <


> EMMA SCHNEIDER <<

Crédit Photo : Morgane Bricard

Crédit Photo : Grégory Massat

Crédit Photo : Grégory Massat

Crédit Photo : Grégory Massat

Crédit Photo : Grégory Massat

Crédit Photo : Grégory Massat

Crédit Photo : Grégory Massat

Plus d'articles