Ce week-end, le Shadok et la presqu’île Malraux accueillaient la deuxième édition de la Mini Maker Faire, un festival qui célèbre le faire soi-même, ou do it yourself. À cette occasion plus de cinquante créateurs indépendants ont pu présenter leurs projets, de la broderie locale au robot espiègle en passant par le trébuchet géant, à plusieurs milliers de curieux de tous les âges et tous les horizons que la chaleur écrasante n’a pas pu arrêter… Retour en images sur une deuxième édition encore plus réussie que la précédente grâce à un accès libre mais aussi la forte présence d’artisans locaux parmi les machines !

Des pièces réalisées au FabLab avec l’association Av.Lab

Samedi, 11 heures. Un soleil de plomb domine la presqu’île Malraux. Malgré la chaleur tout bonnement écrasante, quelques centaines de personnes sont déjà présentes et découvrent joyeusement les stands et les dômes de la Mini Maker Faire. Créé en 2005 à San Francisco, il s’agit à Strasbourg de la deuxième édition locale de ce festival qui fête les créateurs indépendants, technicien ou artisan. Organisée ici par l’association Av.Lab, chargée du laboratoire de fabrication FabLab situé au Shadok (Av.Lab, FabLab, Shadok… Notre article pour s’y retrouver ICI), la Mini Maker Faire de Strasbourg rassemble des bricoleurs créatifs, locaux et/ou européens, invités à promouvoir leurs projets singuliers.

Au total cette année, près de cinquante makers sont venus pour divertir autant qu’instruire le public strasbourgeois venu en masse. Peut-être, comme l’an dernier, pour assister aux démonstrations ou participer aux ateliers organisés par plusieurs makers, comme Ludo le forgeron ou La Fabrique. Peut-être, parce que cette année, l’événement était gratuit, et comptait un grand nombre d’artisans locaux, dont Les Arts Domestiques, Petrichor ou encore Léontine Soulier, au milieu des machines futuristes. Probablement pour tout ça !

Sous les dômes caractéristiques de l’agence Av.Exciters posés à l’extérieur, comme entre les murs bétonnés du Shadok à l’intérieur, on découvre des artisans et des savoirs-faire, on se découvre des intérêts et des compétences et surtout, on réalise que le futur est déjà présent. Trêve de bavardage ! Parce qu’une image vaut mille mots, découvrez notre Maker Faire en photos…

Sur le ponton qui relie la presqu’île Malraux à Rivétoile, les dômes caractéristiques de l’agence Av.Exciters.

Soucieux du bien-être de ses jeunes et moins jeunes hôtes, l’organisation a pensé à tout, même à un brumisateur géant.

Une buvette propose également des rafraîchissements et une terrasse soufflée par les ventilateurs.

L’événement n’est pas dédié qu’aux ingénieurs : les jardiniers sont aussi des makers, ici avec Strasbourg ça pousse.

Sous les dômes et malgré la chaleur, ça bosse sur un cadeau personnalisé pour la fête des mères du lendemain.

À côté, Pauline et Ben de la bien-nommée Monster Fabrikk recrutent des petits monstres.

Les merveilleuses créations de Monster, entre gravure et aquarelle.

À l’intérieur (au frais !), on est accueillis par le bestiaire du FabLab.

À l’étage, un très beau projet : celui de l’association e-Nable, un réseau de makers bénévoles qui utilisent l’impression 3D pour fabriquer et offrir des mains à des enfants nés sans.

Elles sont customisées selon le super-héros préféré de son porteur !

Mais qui es-tu, robot parlant ? « Je suis un clone du robot Inmoov créé par Gaël Langevin. Mon créateur, passionné par tout ce qui approche de près ou de loin à la technologie, m’a prénommé Newton. »

L’origami ludique et décorative par Origadream

Le plaisir du jour : découvrir le coin dédié à Petrichor et ses collègues pour le projet Nimbostratus.

Arène Mariokart : les parents découvrent lequel de leurs enfants est un monstre sanguinaire (TOUS).

Objectif niquer des mères (pardon)

Faire de la musique comme on faisait des rosaces à la garderie en 1998

Avec un peu d’imagination, de bidouille et d’expérimentation, le circuit bending permet de détourner n’importe quel objet électronique pour lui conférer une nouvelle utilité musicale. Un atelier proposé par la Longevity Music School.

DJ ou pilote on ne sait plus !

Mini Daft Punk : « Work it, Make it, Do it, Make us, Harder, Better, Faster, Stronger »

Le patron aux platines

Achencraft, le projet fou d’un groupe de strasbourgeois qui reproduit le centre-ville de Strasbourg dans le jeu vidéo Minecraft.


Mini Maker Faire
Un événement géré par l’association Av.Lab au Shadok

Martin Mystère wesh

Plus d'articles