C’est mai ! Ô joie, les ondées passagères qui secouent notre ville ne semblent pas pouvoir atténuer une vérité trop longtemps attendue : il fait beau, et l’été approche. Marqueur significatif de cette croissance estivale : la prolifération de festivals. Street-food, musique, culture urbaine, tout y passe, et l’étudiant désœuvré ne sait plus où aller réviser ses rattrapages partiels tant l’offre est abondante. Cependant, dans ce paysage luxuriant, il en est un qui se détache nettement de ses compatriotes, ne serait-ce que pour la simple raison qu’il est dédié à un domaine trop souvent cloîtré dans ses temps obscurs : les arts du spectacle (je suis sûr que cela vous surprend de ma part).

Co-llec-tif !

Si vous n’allez pas au théâtre le théâtre ira à vous. Après Arsenic, notre belle université est réinvestie par un second festival dédié aux arts de la scène, pour notre plus grands bonheur). C’est en réponse à un appel à projet du SUAC que l’Artus, en la personne de Sacha Vilmar, a imaginé ce projet. Du 22 au 25 mai, le campus de l’Esplanade sera envahi par les multiples manifestations d’un festival au nom pour le moins intriguant : DemoStraTif. Pour l’anecdote, ce nom est composé de démos– (le peuple en grec) –stra- (pour Strasbourg) et –tif (pour collectif). Car oui, le collectif est la notion centrale de cet événement.

Avec un titre aussi ingénieux, cela ne peut âtre que fantastique !

Comme le mentionne dans son édito Sylvain Diaz (directeur du Service universitaire de l’action Culturelle qui soutient le festival), l’Université de Strasbourg a été traversée toute cette année de questions relatives au collectif. Entre les résidences du collectif Pétrole et du Collectif X (dont je vous parlais déjà en ces lieux) et les mouvements étudiants, nous avons eu à de multiples reprises l’occasion de nous interroger sur notre place au sein du groupe. Une question qui s’étend à l’université elle-même, espace directement connecté à la ville.

C’est en partenariat avec l’Ososphère que DemoStraTif propose son village de festival dans les jardins de l’université. Libraire et buvette seront abrités par de rutilants conteneurs rouges, où vous pourrez nourrir vos corps, vos esprits et étancher votre soif de culture et d’alcool, c’est pas beau ça ?

House of Hipsters

Le programme (en bref)

L’autre mot-clé de ce festival, c’est la pluridisciplinarité. Élément par ailleurs constitutif des arts de la scène, puisque pour faire un spectacle vous avez autant besoin de comédiens, de costumiers et d’auteurs que de scénographes, de machinistes et de musiciens. Les manifestations seront donc multiples, tant dans leurs formes que dans leurs fonds. En soirée, ce sont de grands spectacles qui seront présentés par des compagnies invitées (provenant de Thionville, Dijon et Paris) sauf le jeudi 24 où la danse sera mise à l’honneur par l’Opéra National du Rhin et les étudiants de Strasbourg. Et avant chacune de ces soirées, un concert en guise d’apéritif !

Ce festival se propose d’habiter la faculté autrement, de réinventer ces espaces fréquentés ordinairement par des étudiants dans une dimension avant tout laborieuse et insupportable fonctionnelle. Cependant, bien que DemoStraTif soit tourné vers les étudiants, ils ne sont pas les seuls concernés et tout un chacun peut venir apprécier les activités qui s’empareront du Portique, de l’Atrium et des différents parvis — mais pas du Patio, merci les blocages.

Une programmation luxuriante

De multiples petites formes parsèment le programme, faisant se croiser magiciens, circassiens (ils font du cirque) et musiciens ou encore lectures, impros et expositions. Certains événements demanderont quelques dizaines de pas supplémentaires, car ils se dérouleront au TJP — notamment un atelier de jeu sur les textes de Joël Pommerat.

Auteur associé de ce festival, Thierry Simon (metteur en scène à La Lunette — Théâtre) sera en résidence d’écriture pendant ces quatre jours, afin d’écrire un texte inspiré de l’illusion collective. À peine sorti de l’œuf, ce texte sera mis en voix pour la clôture de la semaine.

Une licorne, gage de qualité, et de merveille ©Sandra Miller

La culture, c’est bien (si si)

Le mercredi 23 sera l’occasion de pousser les réflexions, puisque se tiendra de 10h 30 à 15h un colloque sobrement intitulé « Illusion Collective dans les arts de la scène ». Approches philosophiques, commentaires sur les nouvelles technologiques, intervention sur le Festival mondial du théâtre universitaire de Nancy… il y en aura pour tous les goûts.

Tant de bonheur en perspective !

Grace au soutien de ses nombreux partenaires, de ses organisateurs et de ses 25 bénévoles, DemoStraTif semble s’installer de s’installer comme un rendez-vous pérenne de l’actualité culturelle strasbourgeoise. Ce genre d’événement a le bon goût de donner un accès le plus large et aisé possible à des arts parfois assez confidentiels ou atypiques. Dans le climat général de la démocratisation de la culture, DemoStraTif arrive à point nommé !

________________________________________________________________________

FESTIVAL DEMOSTRATIF

Du 22 au 25 mai 2018 sur le campus de l’Esplanade

> Retrouvez le programme détaillé ici

________________________________________________________________________

>> TRISTAN KOPP <<

Plus d'articles