Après plus d’un an d’une lutte acharnée et sans merci, ma sœur a tant bien que mal réussi à me faire quitter (provisoirement, of course, car tous les chemins mènent à Rennes) ma terre natale, celle de la galette-saucisse, la Bretagne. Toujours est-il que me voilà débarquée dans la capitale de Noël (en mars, mauvais timing, je sais….) et de l’Europe… Strasbourg ! Dans ma tête ce n’était autre que la terre d’accueil des accros compulsifs de la choucroute et des chauvins avec des chapeaux cigognes (sur ce point là, je n’avais peut-être pas tout à fait tort…). Au programme : quatre jours et demi de découverte de Strasbourg, ses alentours, ses restos, ses paysages, bref, une intense immersion au cœur de cette métropole dans le but de déconstruire étape par étape mes idées reçues.

Première étape, visite guidée des plus jolis spots de la ville : la Petite France vue d’en haut depuis le barrage Vauban, la Grande Ile avec ses jolies maisons à colombages, ses restos pieds dans l’eau et évidemment cette magnifique Cathédrale bercée de soleil… Inutile de vous dire qu’il ne m’aura pas fallu plus de quelques minutes pour tomber sous le charme, et encore, ce n’était que le début ! Une fois la nuit tombée, quoi de mieux pour une bretonne que de découvrir la ville tout en buvant un bon cocktail ? Direction donc… un bar secret, où on s’est laissé guider par le barman avec un cocktail sur-mesure.

Deuxième étape, cuisine japo-péruvienne le midi et traversée des frontières à pieds l’après-midi; ouais parce qu’à Stras’ TOUT est possible ! Avant d’entamer notre périple vers Kehl en Allemagne, nous avions besoin de nous restaurer ; c’est ainsi que j’ai découvert Alma… Pour les fans de saumon, de thon, de cuisine japonaise et raffinée, vous serez au paradis, je n’avais jamais mangé de saumon aussi fondant et de qualité, c’est du bonheur pour les papilles, bref, miam miam! Après avoir bien mangé et avoir chopé le Tram D, nous voilà parties nous balader sur les bords du Rhin. Et en Bretagne on a la mer, mais on a pas de frontières : du coup, traverser la frontière allemande à pied sans même avoir le temps de dire « Currywurst », c’est quand même assez dingue quand on a pas l’habitude des villes frontalières ! Évidemment, cette visite de Khel commence avec un petit godet (je suis toujours bretonne, faut me pardonner) dans un café vintage à souhait, où le serveur fait l’adorable effort de parler en français avec les touristes.

Ensuite, passage incontournable au DM, magasin de cosmétiques et toutes sortes de produits de beauté à prix très bas (je suis bretonne, mais je n’en reste pas moins une fille : les cosmétiques pas chers c’est ma came !). Pour finir cette brève mais intense escapade allemande, une ballade dans le centre de Khel où j’ai été vraiment étonnée de voir tous ces magasins afficher des tarifs (vraiment très) attractifs… (un coup à finir dans la mafia strasbourgeoise en revendant des cigarettes à bas prix ça encore…)

Troisième étape et pas des moindres : visite de l’adorable, la magnifique, la sublissime ville de Colmar (vous l’aurez deviné, c’est mon coup de cœur du séjour). Même avec un temps pas vraiment au rendez-vous, cette petite cité au style médiévale avec ses adorables maisons colorées à colombages, ses fenêtres à cœurs, ses petites rues escarpées est malgré tout une petite perle : je suis tombée amoureuse de ce joli décor plein de couleurs et de charme si typique de l’Alsace. Après avoir photographié le moindre centimètre carré de la ville, nos estomacs criaient famine (ben ouais c’est hyper intense le tourisme). Pour assouvir notre besoin de manger, quoi de mieux qu’une délicieuse tarte flambée dans un resto bien typique de la région. Une ambiance traditionnelle et conviviale, une tarte flambée au munster (de laquelle je rêve encore la nuit) et un petit vin blanc d’Alsace pour couronner le tout : que demande le peuple ?!

Après cette pause diététique, nous voilà reparties arpenter les rues pavées de Colmar avec un arrêt à l’endroit le plus instagrammable de la ville : la Petite Venise. Un pont sur l’eau, des maisons magnifiques, des ballades en gondoles, bref, un coin qui ravit les blogueurs du monde entier. Pour terminer cette journée en beauté, nous sommes retombées en enfance avec la visite du Musée du Jouet (qui est d’ailleurs une ancienne maison close, ou l’art du passer du coq à l’âne…). Malgré un musée plus petit et moins ludique que ce que j’avais imaginé c’est une jolie parenthèse pour les familles et les adultes au cœur d’enfant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Quatrième étape, retour à Strasbourg pour assister au carnaval, une tradition que l’on célèbre peu de mon côté de la France. Malgré la pluie, les strasbourgeois étaient de sortie, parapluies dans une main, confettis dans l’autre, prêts à dégainer ! Un carnaval original, traditionnel, avec des personnages typiques alsaciens comme les sorcières par exemple. Un défilé de costumes tous plus extravagants les uns que les autres, des explosions de confettis et de bonbons et des enfants dans la foule déguisés en super héros ou en princesses, en résumé, un très joli moment ! Pour se réchauffer après ces deux heures de défilé pluvieux, on est allé se réfugier à Gagao, un petit café 100% local. Du lait bio, du chocolat bio, de la chantilly faite maison et parsemée de chamallow, de daim ou encore de caramel beurre salée (je vous ai déjà dit que j’étais bretonne ?!), le bonheur pour les gourmands !

Nous arrivons à la dernière étape, celle qui permet de remplir l’objectif premier : me faire aimer définitivement Strasbourg et l’Alsace… Après un petit capuccino à la Brasserie WOW (qui porte d’ailleurs bien son nom, joli mélange entre le café, la galerie et l’ambiance street-art), nous avons pris notre courage à deux mains pour faire l’ascension périlleuse des 366 marches de la cathédrale où nous avons failli rendre l’arme à gauche plus d’une fois… Ascension périlleuse donc mais le jeu en valait la chandelle : vue panoramique sur Strasbourg, sur les toits, les monuments, et même l’Allemagne et les montagne au loin : vue à couper le souffle en somme.

Après ce moment transpi (miam), il était temps de se (re)reposer avec un petit diabolo cerise, mais pas n’importe où ; j’avais vu Strasbourg depuis la terre, il fallait maintenant que je la découvre côté Ill ! Direction la péniche Atlantico, sur l’eau, où se reflétaient les rayons du soleil qui illuminaient la cathédrale d’une couleur dorée. Moment parfait dans un endroit au top !

Oui, ceci n’est pas la cathédrale. Je sais

Continuons cette dernière journée de perfection avec la découverte du restaurant le Botaniste, avec sa cuisine innovante, fraîche, originale et délicieusement sophistiquée : on y déguste des produits inhabituels et tellement bien cuisinés et travaillés qu’on aimerait que ça dure des heures (sans arrières pensées of course). Un agréable moment culinaire dans un lieu épuré et cosy où on se sent comme chez soi pour finir en beauté ce séjour alsacien…

Bref, il m’aura donc fallu à peine quatre jours pour tomber littéralement sous le charme de cette jolie région, dont je n’ai pourtant pas tout vu, loin de là ! Mais je reviendrais sans aucun doute, en ramenant avec moi le beau soleil breton (no joke)… To be continued…

>> FLORA LAFON <<


 

Plus d'articles